De jour comme de nuit, certains malades éprouvent le besoin de marcher. Souvent sans but précis. Une source d’épuisement pour les proches avec un risque de « disparition » parfois dramatique comme récemment à Marseille.

 

Lire la suite de l'article