Situation 

 

  • Les métiers du grand âge ne séduisent pas car ils sont mal payés et peu valorisés par la société
  • Nous assistons à une fuite des mains et des cerveaux notamment de l’Île-de-France vers la province en raison du coût de la vie francilienne
  • Le temps accordé au soin s’amenuise de plus en plus en raison d’un glissement de tâches permanent : le métier de soignant dérive de plus en plus vers des fonctions supports (informatique, secrétariat).

 

Problématiques

 

  • Comment rendre attractifs les métiers du Grand Âge ?
  • Comment répondre aux 60 000 postes non pourvus en 2020 ?

 
 

Nos solutions

 

  • Accorder la prime Grand Âge pour les infirmiers travaillant en gériatrie et non uniquement aux aides-soignants

 

  • Revaloriser les salaires des métiers du Grand Âge et permettre des plans de carrière plus attractifs

 

  • Reconnaître par décret le métier d’Infirmier en pratique avancée (IPA) en gériatrie en raison des spécificités de cet exercice

 

  • Réorganiser les formations initiales et continues des professionnels tous métiers pour l’acquisition des bonnes pratiques gériatriques et gérontologiques

 

  • Proposer et penser les nouveaux métiers de l’accompagnement individuel des personnes âgées (culturel, loisirs, activité physique…) pour sortir de la ghettoïsation du grand âge

 

  • Pour augmenter l’attractivité, il est urgent de réajuster les maquettes organisationnelles des ressources humaines en fonction de la charge en soins.

 

Téléchargez le document Élections présidentielles 2022 - les recommandations de la communauté gériatrique